L’Oréal et l’Unesco ont révélé les noms des boursières du Programme Jeunes Talents Maghreb L’Oréal Unesco 2020, il s’agit de cinq lauréates du Maghreb, dont deux chercheuses marocaines : Jihane Ouchrif et Najlaa Fathi.

Pour cette 14ème édition au Maroc (7ème Maghreb), 5 lauréates, deux chercheuses marocaines, deux tunisiennes et une algérienne, vont être récompensées par le Programme Jeunes Talents Maghreb L’Oréal-UNESCO 2020, recevront ainsi une dotation d’une valeur de 10 000 euros chacune qui leur permettra de mener à bien leurs projets post-doctorat.

Jihane Ouchrif de la Faculté des sciences et techniques de Mohammedia, travaille sur le sujet de recherche « la conception de prototypes de photodétecteurs à base du phototransistor pour les systèmes de télécommunications par fibre optique ». A travers ses travaux, elle rêve d’améliorer la qualité de service des réseaux de communication, et d’assurer le confort entre les utilisateurs afin de garantir une meilleure communication de l’information.

Le message de Jihane pour les femmes :

Chaque femme doit croire en elle et en ses compétences pour pouvoir réaliser ses rêves. Ne laissez personne vous définir ou vous dévaloriser. Prenez votre vie en main et continuez à vous battre. Débarrassez-vous des idées négatives qui essayent de vous rabaisser. La science a besoin de plus de femmes.

Najlaa Fathi de l’Université Cadi Ayyad. Sa recherche concerne l’évaluation du réchauffement urbain et son impact sur la température de surface, ainsi que la réduction de l’absorption de carbone due aux surfaces imperméables. Najlaa  rêve de convaincre les décideurs  que les ressources de la terre sont limitées et que son climat est fragile, et qu’il faut respecter les règles naturelles de base afin de garder notre terre habitable pour les générations qui viennent.

Le message de Najlaa pour les femmes :

Suivez vos rêves et n’abandonnez jamais ce que vous voulez vraiment réaliser. Le chemin de la réussite n’a jamais été facile, on doit toujours affronter les difficultés et surmonter les obstacles avec beaucoup de patience et de persévérance. Toute personne qui s’engage avec constance dans ce qu’elle a entrepris, finira surement par y trouver le plaisir et la joie de l’accomplissement.

Réalisations scientifiques des femmes en  2020

Pour les Femmes et la Science ACCOMPLISSEMENTS DE L’ANNÉE 2020. Les femmes scientifiques mènent des recherches révolutionnaires dans le monde entier. Mais malgré leurs découvertes remarquables, seuls 33 %* des chercheurs dans le monde sont des femmes, et leurs travaux sont rarement reconnus à leur juste valeur. Ainsi, moins de 4% des Prix Nobel de science ont été décernés à des femmes, et seules 12% d’entre elles, en moyenne, sont membres d’académies nationales de science à travers le monde. En 2018, deux femmes ont reçu le Prix Nobel de physique et de chimie. Et le public a presque davantage entendu parler du fait que des femmes étaient primées que de leurs réalisations scientifiques. Alors que l’avenir du monde semble menacé par le changement climatique et la rareté des ressources, la communauté scientifique mondiale doit reconnaître et promouvoir sans plus tarder les accomplissements des femmes scientifiques.

La Fondation L’Oréal et l’UNESCO

La Fondation L’Oréal et l’UNESCO collaborent depuis plus de 20 ans pour aider davantage de femmes à accéder à l’excellence scientifique et à participer sur un pied d’égalité à la résolution des grands défis qu’affronte l’humanité. Nous avons à ce jour accompagné plus de 3500 femmes scientifiques dans 117 pays et récompensé 117 lauréates, dont 5 ont reçu un Prix Nobel. Mais pour que les femmes puissent vraiment s’épanouir dans les sciences, l’excellence en recherche n’est qu’un premier pas. La Fondation L’Oréal et l’UNESCO sont convaincues que la question du leadership est essentielle pour venir à bout des discriminations qui empêchent trop souvent les femmes de gravir les échelons.

C’est pourquoi, en plus d’un financement et d’une reconnaissance essentiels, elles s’engagent à offrir aux lauréates et boursières du programme la possibilité d’acquérir de solides compétences en leadership et d’établir des contacts et des liens avec d’autres femmes scientifiques. Elles encouragent le mentorat, la collaboration et les rôles modèles comme moyens-clés d’aider davantage de jeunes femmes à briser le fameux « plafond de verre », qui limite l’ascension des femmes au sein de la hiérarchie.