Un projet marocain pour prévenir les feux dans la forêt d’arganier, présenté dans le cadre du programme TechWomen destiné à soutenir les femmes dans les sciences, a remporté, à la Silicon Valley en Californie, un fonds d’amorçage accordé par le département d’Etat américain.

C’est la première fois qu’une équipe marocaine remporte cette bourse depuis le lancement en 2011 de l’initiative TechWomen, qui réunit des femmes leaders émergentes en science, technologie, ingénierie et mathématiques d’Afrique et d’Asie avec leurs homologues professionnelles aux États-Unis dans le cadre d’un programme de mentorat et d’échange.

L’équipe marocaine est composée de Fatima Zahra Benyaaqoub, Meriem Haddouchi, Aziza Krimaa, Hajar Salamat et Manar Ouaritni.

Baptisé Afitech, ce projet est une initiative innovante qui a pour objectif, selon ses initiatrices, de préserver les forêts d’arganiers des incendies de forêt. Grâce à des capteurs installés dans les arbres le long d’un réseau maillé, ce projet permettra de détecter un incendie en phase de combustion lente. Les capteurs analysent les données collectées grâce à l’intelligence artificielle et mettent en place un système de notification pour alerter les autorités locales.

Intervenant lors d’un évènement organisé récemment pour célébrer le dixième anniversaire de TechWomen, le Secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a fait l’éloge du projet marocain, le qualifiant de « concret » et « remarquable ».

Blinken a annoncé que le programme Techwomen, qui associe des leaders en technologie avec des mentors dans des entreprises technologiques basées aux États-Unis pour un échange de mentorat de cinq semaines, s’étendra dans de nouvelles régions du monde.

« Alors que ce programme entame sa deuxième décennie, nous allons élargir sa portée, » a souligné le chef de la diplomatie des Etats-Unis.

L’édition de cette année a vu la participation de 21 pays, qui ont présenté leurs projets pour résoudre des problèmes mondiaux en se concentrant sur la vie locale et les défis communautaires.

En janvier 2022, 3.200 femmes ont postulé au programme TechWomen de 21 pays émergents et seulement 104 ont été sélectionnées pour rejoindre le programme d’automne.

Initié en 2011 par le Bureau des affaires éducatives et culturelles du département d’État américain, TechWomen vise, indique-t-on, à autonomiser, connecter et soutenir la prochaine génération de femmes leaders dans les domaines de la science, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques (STEM) en leur offrant l’accès et la possibilité de faire progresser leur carrière et de devenir des modèles pour les femmes et les filles dans leurs communautés.

Elle assure ainsi aux participantes un accès à des réseaux, des ressources et des connaissances pour leur permettre d’atteindre leur plein potentiel.

Les participantes s’engagent dans des mentorats basés sur des projets dans des entreprises leaders, participent à des ateliers de développement professionnel et à des événements de réseautage, et se rendent à Washington, DC. Pour des réunions ciblées et des événements spéciaux pour conclure le programme.

Au cours de la décennie écoulée depuis 2011, TechWomen a accueilli près de 1.000 femmes de 21 pays, dont le Maroc.

Avec la MAP